Fiche détaillée : Projet terminé

Description du tableau
Intitulé de l'étude / opération : Impact environnemental de lubrifiants d'origine végétale utilisés dans l'exploitation forestière
N° de contrat : 0001C0013
Début des travaux : 2000
Coût de l'opération : 212294 €
Montant de l'aide ADEME : 103191 €
Programme de recherche : AGRICE
Thématiques : Chimie / Biomolécules / Lubrifiant / Démonstration
Matières premières : Oléagineux
Applications : Hydraulique
Partenaire(s) impliqué(s) : SEBSO - 31802
ONIDOL - 75008
LCA / CATAR - 31077
Objectifs : Le secteur de l'exploitation forestière est utilisateur d'huiles lubrifiantes à usage perdu, notamment les huiles de chaînes de tronçonneuses et les fluides hydrauliques lors de la rupture accidentelle des flexibles. L'utilisation d'huiles d'origine végétale présentant des qualités environnementales permet de réduire les risques de pollution du sol, des eaux souterraines et des eaux de ruissellement. Une campagne de démonstration des propriétés lubrifiantes de ces composés est en cours de réalisation dans le cadre d'un programme AGRICE : « Réalisation d'une campagne d'essais sur machines forestières de lubrifiants biodégradables d'origine naturelle ». Ces tests réalisés sur des machines forestières permettront de quantifier les retombées positives sur les plans technique et économique. Le présent projet vise à compléter ce premier programme afin de démontrer les qualités environnementales des lubrifiants forestiers, tant en terme de biodégradabilité qu'en matière d'écotoxicité sur la faune et la microflore environnantes. L'étude portera sur trois fluides hydrauliques d'origine végétale qui seront comparés à un lubrifiant d'origine minérale qui compte parmi les fluides hydrauliques classiques les plus utilisés. afin de mettre en avant les atouts environnementaux des produits « verts ». Au total nous suivrons donc le devenir dans le sol de quatre lubrifiants formulés avec leurs additifs. Les travaux sont complètés par des actions de normalisation avec l'AFNOR.
Synthèse des résultats : La biodégradabilité primaire dans le sol des biolubrifiants est d'environ 88% par rapport au lubrifiant d'origine minérale (70%). Une migration moyenne des produits est observée sur les 50 premiers cm pour les biolubrifiants et de 60 cm pour l'homologue minéral. Aucune trace de lubrifiant n'est retrouvée dans les eaux de percolation. Les tests de biodégradabilité ultime en milieu solide ont montré les mêmes tendances mais avec une différence plus marquée: respectivement 60-64% et 27-29%. En milieu liquide, les biolubrifiants sont biodégradable à 78-97%. Les biolubrifiants conservent des propriétés intéressantes après usage, soit peu d'écart entre le produit neuf et le produit usé. Les tests d'écotoxicité montrent des résultats supérieurs pour les biolubrifiants vis à vis des micro-organismes du sol, des algues, des daphnies et des poissons, et ceci avant et après usage. Les travaux de normalisation ont abouti à une norme française (NF T60-720) sur la caractérisation des qualités environnementales des adjuvants phytosanitaires d'origine végétale, publiée le 22 mai 2003. L'autre projet concernant la mise au point d'une méthode d'évaluation de la biodégradabilité dans le sol est toujours en cours, avec une série d'essais circulaires terminés sur le glucose , mais à reconfimer pour le glyphosate et l'oléate de méthyle.
Valorisation des résultats : Norme française publiée (NF T60-720)
Brevets et publications : - - Norme AFNOR précitée - 1 -