Fiche détaillée : Projet terminé

Description du tableau
Intitulé de l'étude / opération : Mesure des caractéristiques des combustibles bois : évaluation et proposition de méthodes d'analyse de combustible
N° de contrat : 0000C0063
Début des travaux : 2000
Coût de l'opération : 46192 €
Montant de l'aide ADEME : 46192 €
Programme de recherche : BIOMASSE ENERGIE
Thématiques : Chaleur - Cogénération / Techniques et procédés / Approvisionnement / Collectif & industriel
Partenaire(s) impliqué(s) : CTBA : Centre Technique du Bois et de l'Ameublement - 75012
FIBOIS Ardèche-Drôme - 26800
Objectifs : Avec le nombre croissant de chaufferies automatiques bois et de fournisseurs potentiels se pose la difficile question pour les exploitants de la facturation du combustible livré. A poids ou volume donné, il est évident que le pouvoir calorifique inférieur (PCI) est le critère le plus pertinent pour évaluer le prix du bois. En pratique, le PCI dépend des caractéristiques des combustibles concernés : l'humidité (c'est le paramètre le plus important), la granulométrie, le taux de cendres, la composition (plaquettes sèches et humides, granulés, écorces, sciures, broyât de palettes, mélange)... A l'heure actuelle, il n'existe pourtant pas de méthode rapide et bon marché pour évaluer le PCI. Ce rapport fait le point sur les différentes méthodes de mesure des caractéristiques des bois déchiquetés, de manière à identifier les méthodes les plus intéressantes en termes de précision, de simplicité, de coût. L'objectif est d'établir un guide pratique qui permette de faire le choix entre les différentes méthodes. Dans un deuxième temps, une nouvelle méthode, faisant appel à l'utilisation d'un four micro-onde, est évaluée.
Synthèse des résultats : L'humidité est le facteur le plus important dans le calcul du PCI d'un combustible bois, suivi, dans une moindre mesure, par le taux d'écorce. Il existe plusieurs normes pour mesurer le taux d'humidité : la teneur en humidité sur anhydre et la teneur en humidité sur brut. Un effort de communication est donc nécessaire afin d'uniformiser le langage du bois énergie. Les techniques normalisées disponibles pour mesurer la teneur en humidité reposent généralement sur l'utilisation d'une étuve ventilée. Parmi les autres caractéristiques du bois, la granulométrie n'est pas indispensable à l'évaluation du PCI. Par contre, la connaissance du taux d'écorce est souhaitable, notamment par le biais de l'analyse photographique. Le taux de cendres est également très important car il permet de vérifier les autres caractéristiques du bois. Enfin, une réflexion sur la prise d'échantillons est essentielle car la mesure du taux d'humidité dépend de la méthode utilisée (four à micro-ondes, déhydratation par infrarouge, source halogène, méthodes électriques résistives ou capacitives). Dans le but de remplacer l'utilisation d'une étuve ventilée, qui nécessite un investissement relativement lourd, l'utilisation d'un four à micro-ondes pour mesurer le taux d'humidité a été évaluée. Cette méthode semble très prometteuse mais présente certaines contraintes, telles que des étapes de pesée avant et après séchage. Pour l'instant, le protocole est complexe mais pourrait être automatisé. (Voir également l'étude finale n° 0101C0081)