Énergies

S’approvisionner en biomasse

Mis à jour le 10/03/2022

L’organisation de l’approvisionnement est un élément majeur du développement de la filière biomasse. Le défi : mobiliser tout en assurant la gestion durable de la ressource, le respect de la hiérarchisation des usages et l’équilibre des filières.

Le terme de biomasse regroupe l’ensemble des matières organiques d’origine végétale ou animale pouvant devenir des sources d’énergie. Selon l’origine et la composition du produit, les biocombustibles sont utilisables dans différents types d’installations régies par la réglementation des ICPE garantissant la qualité de l’air.

Pour la filière bois, le principe d'articulation des usages est à privilégier. L’approvisionnement doit donc se faire principalement à partir des travaux permettant la production de bois d’œuvre, de la récolte des sous-compartiments liée à la récolte du bois d’œuvre, des connexes de scieries et des produits bois en fin de vie.
 
Infographie - Avec le bois rien ne se perd, tout se transforme

Certains labels permettent de garantir une gestion durable des forêts (PEFC, FSC) ou des haies (Label haies). Il est donc conseillé de s’approvisionner en bois possédant ce type de certification.
 

Le chauffage domestique

La qualité des combustibles est essentielle pour assurer le rendement des appareils et la qualité de l’air :

  • pour le bois bûche, s’assurer qu’il soit suffisamment sec car la combustion de bois humide fournit moins d’énergie qu’un bois sec et libère plus de substances polluantes dangereuses pour la santé, avec peu d’écorce et fendu et privilégier les fournisseurs adhérents à la charte ou certifiés France Bois Bûche, NF Bois de Chauffage, ONF Energie Bois, CBQ+. Le guide « Chauffage au bois mode d’emploi » (PDF - 1,03 Mo) met en avant les bonnes pratiques du chauffage domestique ;
  • pour les granulés, privilégier les granulés certifiés (labels DIN+, EN+, certification NF biocombustibles ou équivalent).

Le chauffage collectif et industriel

L’approvisionnement est essentiellement composé de plaquettes issues de broyats (bois forestiers, , connexes de scieries ou produits bois en fin de vie et déchets de bois), broyats de résidus agricoles (pailles, coques de tournesol…),résidus industriels (liqueurs noires…), granulés (bois, sous-produits agricoles, …). Il est essentiel de caractériser les qualités techniques du combustible dans le contrat d’approvisionnement en s’appuyant par exemple sur la classification professionnelle des combustibles bois déchiquetés élaborée par le CIBE.
L’ADEME examine la pertinence des plans d’approvisionnement proposés au regard notamment des risques de concurrences d’usage. Pour les projets industriels de plus de 12 000 MWh, les plans d’approvisionnement sont validés par les cellules biomasses régionales. Les professionnels sont invités à suivre des bonnes pratiques (guide de récolte raisonnée des rémanents en forêts) et à respecter un seuil minimum de bois certifiés PEFC ou FSC.

L’action de l’ADEME

L’ADEME a élaboré des référentiels permettant de classifier les combustibles selon leur origine et publie régulièrement des bilans concernant la biomasse mobilisée et son coût :

​En lien étroit avec l’ADEME, les acteurs s’organisent au sein de la commission approvisionnement du CIBE et du Syndicat des énergies renouvelables pour améliorer les logistiques d’approvisionnement.

Différentes thématiques sont travaillées :

  • amélioration de la logistique d’approvisionnement et des chantiers bois énergie ;
  • suivi des prix, contractualisation et formules d’indexation ;
  • réflexion sur les transports alternatifs.

Par ailleurs, différents projets pilotes de mobilisation de bois sont accompagnés par l’ADEME.


Lire aussi notre article sur les réseaux de chaleur