Urbanisme durable

Chiffres clés et observation

Mis à jour le 10/05/2022

De nombreux sites industriels désaffectés ou encore en activité peuvent être à l’origine de pollution des sols. Des inventaires ou études permettent d’identifier les sites, la nature des polluants et la dynamique du marché associé à leur gestion.

Chiffres clés

En 2021, la France recense 9 300 sites et sols pollués appelant une action des pouvoirs publics, car ils peuvent présenter un risque pour la santé humaine ou l’environnement.

La conservation de la mémoire des sites industriels et activités de services susceptibles d’avoir pollués les sols s’appuie sur les inventaires historiques régionaux. Ce travail d’inventaire recense approximativement 300 000 à 400 000 sites potentiellement pollués.

En 2020, la surface totale de friches industrielles est estimée selon les sources entre 90 000 et 150 000 hectares. Ces chiffres cachent une dynamique : le stock de sites en friches est en renouvellement continu.

Le marché de la dépollution des sites industriels

D’après les experts du domaine, le marché de la dépollution des sites industriels pollués représente de l’ordre de 660 à 1 000 M€ en 2020 (hypothèse basée sur une représentation du CA des adhérents de l’Union des professionnels de la dépollution des sites (UPDS) à hauteur de 50 à 75 % du marché). Les deux activités principales dans le domaine sont l’ingénierie d’étude et d’expertise et le secteur des travaux de remise en état des sites.

La demande en réhabilitation auprès des professionnels de la dépollution, provient :

  • des industriels, à la suite de pollutions accidentelles ou d’une cessation d’activité pour une remise en état de sites ;
  • des professionnels de l’aménagement (promoteurs, aménageurs) sur des opérations le plus souvent en milieu urbain.

La quantité de terres polluées traitées en France en 2015 est estimée à 5 600 000 tonnes.

Concernant les techniques utilisées, il apparaît que 60 à 80 % des terres issues des sites pollués sont traitées soit dans une installation de traitement biologique hors site, soit in situ par venting/bioventing. Le recours aux filières de stockage des déchets reste malgré tout très important.